Emmanuel

Emmanuel… Un si beau nom : Dieu avec nous !
Dieu avec notre famille, quelle bénédiction, n’est-ce pas ? Puissent ces quelques PLICs vous encourager à vivre la présence de Dieu au sein de votre foyer… Dans la joie et la paix de Noël 🙂

 

Emmanuel – “Dieu avec nous”

Un autre nom que l’on donne à Jésus est “Emmanuel”, qui signifie “Dieu avec nous”.
Faites un gâteau d’anniversaire pour Jésus. Mettez dans la pâte une amande ou une noisette, avant de le faire cuire. Mettez des bougies sur le gâteau et chantez” Joyeux anniversaire Jésus” le jour de Noël. Donnez une petite récompense à celui qui aura trouvé l’amande ou la noisette. Lisez ensemble l’histoire de Noël (Luc 2.1-20) qui montre que Dieu n’est pas resté un Dieu lointain, mais qu’il est venu près de nous quand Jésus est né sur la terre. Dieu veut une relation avec nous et il a rendu cela possible par Jésus descendu parmi nous.

 

Il est plus près qu’on ne le pense !

Matériel : Une petite figurine de Jésus dans la crèche

Réunissez la famille et proposez le jeu suivant : “celui qui cache” et “celui qui trouve”. “Celui qui trouve” sort de la pièce (pour qu’il ne voie rien) pendant que “celui qui cache” cache le bébé Jésus quelque part dans la pièce. Chantez un chant de Noël (ou un autre chant si vous préférez) pendant que “celui qui trouve” cherche la figurine. Chantez doucement lorsqu’il est loin de la figurine et de plus en plus fort lorsqu’il s’en rapproche. Lorsqu’il a trouvé, applaudissez et choisissez deux autres personnes. Continuez jusqu’à ce que chacun ait pu cacher et trouver.
Demandez : “Jésus est-il près ou loin de nous ? (Près.)
Même si nous ne pouvons pas le voir, il est près de nous. Nous pouvons lui parler et nous savons qu’il nous écoute à n’importe quel moment.

 

L’homme et les oiseaux

Les quelques jours qui précèdent Noël peuvent être vraiment stressants et épuisants. Mettez en place une nouvelle tradition dans votre famille : servez du thé ou du chocolat chaud avec des petits gâteaux et lisez à votre famille un conte de Noël (comme celui ci-dessous), à la lumière des bougies.

L’homme et les oiseaux (par Paul Harvey)

L’homme dont je vais vous parler n’était pas un vieil homme méchant et avare. Il était un homme gentil, décent, et en général bon envers les autres. Généreux avec sa famille et droit en affaires. Mais il ne croyait simplement pas à toutes ces choses que l’Église raconte à propos de Noël. Pour lui, cela ne voulait rien dire et il était trop honnête pour faire semblant. Il ne pouvait avaler cette histoire sur Jésus, Dieu venant sur terre comme un homme.
“Je suis sincèrement désolé de vous rendre tristes”, disait-il à sa femme, “mais je ne vais pas aller à l’église avec vous ce soir de Noël”. Il expliqua qu’il se sentait hypocrite. Il préférait rester à la maison et il allait les attendre.
Et c’est ce qu’il fit. Il resta à la maison pendant qu’il allaient à l’église.
Peu après que sa famille soit partie avec la voiture, la neige commença à tomber. Il s’approcha de la fenêtre pour observer les flocons qui tombaient et qui devenaient de plus en plus gros. Puis il retourna s’asseoir dans son fauteuil pour lire le journal. Quelques minutes après, il entendit un bruit sourd… puis un autre, et encore un autre. Une sorte de gros bruit. Au début il pensa que quelqu’un lançait des boules de neige contre la fenêtre du salon. Mais quand il se dirigea vers la fenêtre pour voir de plus près ce qui se passait, il trouva une flopée d’oiseaux blottis misérablement dans la neige. Ils avaient dû être pris dans la tempête, et, cherchant désespérément un abri, avaient essayé d’entrer par la grande baie vitrée.
Bon, il ne pouvait pas laisser ces pauvres créatures dans la neige mourir de froid, alors il se pensa à l’étable où se trouvait le poney de ses enfants. Cela leur ferait un endroit chaud pour s’abriter, s’il arrivait à les diriger les oiseaux dans cette direction. Il mit rapidement son manteau, des bottes et piétina dans la neige jusqu’à la grange. Il ouvrit grand les portes et alluma la lumière, mais les oiseaux ne vinrent pas. Il pensa que peut-être de la nourriture les ferait venir. Alors il se dépêcha de retourner dans la maison, prit du pain et l’émietta sur la neige jusqu’à la grange, formant ainsi une sorte de piste lumineuse jusqu’à la porte grande ouverte de la grange.
Mais à sa grande consternation, les oiseaux ignorèrent les miettes de pain et continuèrent de se débattre tristement dans la neige. Il essaya de les attraper… Il essaya de faire de grands gestes en direction de la grange en faisant des “pshhh” à n’en plus finir. Et les oiseaux, se mirent à se disperser dans tous les sens, sauf celui de la grange chaude et éclairée.
Il réalisa qu’ils avaient peur de lui. Pour eux, réfléchit-il, je suis une créature étrange et terrifiante. Si seulement je pouvais trouver le moyen de leur faire savoir qu’il peuvent me faire confiance. Que je ne vais pas les blesser. Mais les aider. Mais comment ? Quoi qu’il fasse, il leur faisait peur ou les déboussolait. Ils n’allaient pas le suivre. Ils ne voulaient pas qu’il les conduise ou les pousse vers la grange car ils avaient peur de lui.
“Si seulement je pouvais être un oiseau”, se dit-il, “et me joindre à eux et parler leur langage. Alors je leur dirais de ne pas avoir peur. Je pourrais leur montrer le chemin vers cet endroit sécurisé et chaud, vers cette grange. Mais je devrais être l’un d’entre eux, comme cela ils pourraient voir, et entendre, et comprendre.” A ce moment les cloches de l’église se mirent à sonner. Le chant des cloches lui arrivait aux oreilles, par delà le bruit du vent. Et il resta là, écoutant les cloches sonnant la bonne nouvelle de Noël. Et il tomba à genoux, là, dans la neige.

Demandez :
Que nous montre la naissance de Jésus à propos de Dieu ? (Elle montre combien Dieu nous aime et combien il veut que nous le connaissions.)
Jésus a bien voulu devenir homme, pour que nous puissions connaitre et aimer Dieu.